Aspres les Corps

.

.

.

Nous aimerions vous faire découvrir à  travers une trentaine de photos récentes le village d’Aspres les Corps (05) qui se trouve dans les Hautes-Alpes, à 30 km de Gap et environ 85km de Grenoble. Le coeur du village et sa mairie se trouvent à 980m d’altitude. Nous en profiterons  pour faire de nombreux rappels d’histoire sur le village.

 

 

Aspres les Corps

Cette photo a été prise avec un énorme zoom (+ appareil photo sur un trépied) depuis la chaine du Faraud, au dessus du Glaizil, à plus de 15 km de distance. Dommage le château d’Aspres n’est pas dans le champ. Mais nous allons nous rattraper car nous avons de très beaux documents sur  l’histoire de ce château ainsi que de très belles photos (faites avec l’autorisation de sa propiétaire).

.

.

.

Aspres les Corps vue d'ensemble

Beau champ de colza sauvage au premier plan.

Si la mairie du village se trouve à 980m d’altitude, en réalité la commune s’étend de 760m (bord du Drac, le Motty) , jusqu’à 2776m au dessus des Vachers (1523m). Le Motty fait partie de la commune. Le village est exposé pratiquement plein sud, ce qui est propice aux cultures et à l’élevage d’ovins. Si aujourd’hui la forêt est omni-présente, dans le passé les terres étaient arides. Le nom d’Aspres vient d’ailleurs du latin « asper » qui veut dire âpre, aride, caillouteux. Je mettrai un peu plus loin de vieilles cartes postales du début du siècle dernier qui montrent ce phénomène de façon évidente. 

.

.

.

Aspres les Corps

.Le village s’est développé le long de la petite route et sa population est estimée à 132 habitants au dernier recensement. Un Asprion me signalait même que la population était à 111 habitants aujourd’hui (soit 6 habitants au Km²). Il faut savoir qu’au 19eme siècle la population était de 600 habitants, expliquant une école filles-garçons surdimensionnée (fermée aujourd’hui) et une église également importante…L’école d’Aspres a fermé en 1984, et celle du Motty en 1986. Mais nous en reparlerons.

..

.

.

.

Aspres les Corps

Cette photo a été prise a deux pas de la Mairie sur la place principale direction Sud-Ouest.

Malgré ses 3000m, l’Obiou qu’on voit bien sur cette photo au loin, n’en impose pas. Un accident d’avion s’est produit à son sommet en 1950 faisant 58 morts. Il s’agissait de pélerins Canadiens qui revenaient d’un pélerinage à Rome (année Sainte) et qui remontaient vers Paris. Cet accident avait eu à l’époque un grand retentissement national car il s’agissait en réalité du premier accident de cette ampleur concernant l’aviation civile et de tourisme qui en était à son balbutiement. Pour lire l’article concernant cet accident vous pouvez cliquer ICI

..

.

.

Aspres les corps

.Vue dégagée vers le sud-est sur la vallée du Champsaur et sur le Drac. Au premier plan le château d’Aspres.

.

.

Aspres les corps Champsaur

Au loin la chaine du Faraud et le pic Chauvet d’où a été prise la toute première photo de l’article.

 Le Drac prend sa source  dans le Champsaur et résulte de la rencontre du Drac Blanc (vallée de Champoléon) et du Drac Noir (vallée d’Orcières dans le massif du Mourre Froid). Il serpente à travers tout le Champsaur (50km environ) puis traverse le département de l’Isère sur 80 km  jusqu’à  Grenoble où en aval de la ville il se jette dans le fleuve Isère. Au total il aura parcouru 130 km. Ethymologiquement le mot Drac a la même racine que le mot dragon. Donc nos ancêtres le voyaient un peu comme tel, serpentant tranquillement à certains moments, puis se réveillant impétueusement, sortant de son lit et dévastant les berges, les habitations, les moulins…

Sur 130 km, quatre barrages ont été construits :

– Le barrage du Sautet. Pour lire l’article sur le Lac du Sautet cliquer ICI .

– Le barrage Saint-Pierre-Cognet

– Le barrage de Monteynard-Avignonet

– Le barrage Notre Dame de Commiers

Arrivée dans le village d’Aspres les Corps 

 

.

.

Aspres les corps

Lorsqu’on monte vers le village nous découvrons en tout premier l‘église construite en 1861 (elle était à l’époque un peu à l’extérieur du village) et la grande école filles-garçons construite en 1888 (plus sur la droite), surdimensionnée par rapport au village. A l’époque il y avait 596 habitants, et les autorités pensaient que la population serait stable (voir le courrier adressé à l’inspecteur d’académie un peu plus loin) . Une grande école leur a donc paru justifiée. Les instituteurs logeaient sur place.

.

.

.

Château d'Aspres

La 2eme découverte est le château d’Aspres très ancien et dont nous allons parler plus loin. Construit d’après Joseph Roman au XIVeme et profondément remanié au cours des siècles suivants, les propriétaires actuels ont fait des recherches et affirment que sa construction remonte au XIIIeme siècle (1220) ! Nous reviendrons un peu plus loin sur sa longue histoire.

.

.

.

aspres les corps

Propriété à l’entrée du village. Mme Françoise Mary (maire du village) me signalait que des subventions avait été demandée par la Mairie pour embellir cette arrivée.

.

.

Blason d'Aspres les Corps

Cadran solaire se trouvant juste à l’entrée du village. Tout un programme inscrit autour du blason d’Aspres.

.

.

Découvrons le village

.

.

Aspres les Corps Mairie

Mairie (drapeaux sur le mur) et  Auberge d’Aspres les Corps (sur la droite).

Nous sommes sur la place principale. Depuis  1953 elle a fait l’objet de 2 d’agrandissements. Le premier a été décidé en 1953  par le conseil municipal avec achat des parcelles de terrain qui se trouvaient devant l’ancienne auberge. Les travaux ont été terminés en 1956.

Le deuxième agrandissement a été réalisé à la démolition de l’ancienne auberge, remplacée par une nouvelles bâtisse plus en retrait par rapport à la route.

En 2000 également plusieurs améliorations ont été effectuées, à savoir la fontaine en bois sculpté, et la fresque. En 2017, à nouveau, un projet d’amélioration de cette place principale est en discussion.

.

.

Mairie d'Aspres les Corps

.La mairie a été construite en 2006.

Au XIXeme siècle, le village n’avait pas de mairie. Les réunions municipales se tenaient dans les fermes, chez les uns puis chez les autres. On sait précisément qu’à une époque un bail concernant la location d’une chambre chez M. Bellon « pour servir de maison commune , y tenir les assemblées, et ranger les archives » avait été signé. En 1888 lorsque l’école primaire ouvre ses portes, les réunions municipales s’y tiennent. En 1974, la mairie située dans l’ancienne école doit déménager. En 2006, la mairie a enfin un local tout neuf et sympathique.

.

.

Aspres les Corps photo ancienne

Photo de 1955. La place publique a remplacé les jardins qui se trouvaient devant l’auberge. Elle sera quelques années plus tard agrandie encore une fois.

.

.

Aspres les Corps

.Nous sommes toujours sur la place principale du village et la mairie est juste derrière nous. La fontaine est en bois sculpté  (par G Kliemann -2000). La fresque alpestre qui se trouve sur le mur est aussi une belle trouvaille. Elle embellit l’ensemble. Au dessus de la fenêtre il est écrit « Félicité en l’homme est grandement, quand de son bien il a contentement« .

.

.

.

Place d'Aspres les Corps

.Résultat final, la place principale est maintenant bien dégagée ….Cette photo a été prise de l’auberge avec … un petit flou artistique que j’ai du mal à comprendre.

.

.

Aspres lès Corps

.Carte des randonnées sur la place principale.

.

L’auberge

.

.La nouvelle auberge a été construite en 2000, un peu en retrait par rapport à l’ancienne afin d’élargir la place centrale.

.

Auberge d'aspres les corps

Accueil royal dans cette auberge ou le patron et son épouse se sont pliés en quatre pour me renseigner sur le village et me faire déjeuner comme…..un prince. Finalement ils m’ont prêté le fascicule de l’association « Aspres d’Autrefois » sur Aspres les Corps qui est ma référence pour cet article. (je parlerai plus loin de ce fascicule).

 

Auberge d'aspres les Corps

Pour des raisons de droit sur l’image, j’ai pris la salle de restaurant vide et côté bar la personne a été floutée.

.

.

Auberge d'Aspres les Corps

.L’ancienne auberge (photo de 1914)

L’ancienne auberge était  « LE » lieu de rencontre pour tous. Jugez-en ! Elle faisait restaurant, café, tabac, épicerie, quincaillerie, vendait le journal (Dauphiné), les timbres et même faisait office de téléphone public. C’est dire que quand madame achetait ses quelques provisions, monsieur allait boire son café et tapait la belotte ( ah ces stéréotypes ! ). L’établissement a fermé en 1988 et son dernier propriétaire Georges Achard était apprécié de tous. On peut lire dans le fascicule sur Aspres les Corps ce bel éloge « il faisait l’unanimité et tous ceux qui s’en souviennent le décrivent comme une personne d’une grande gentillesse » .

 A la fermeture de l’établissement en 1988, la mairie rachète la licence pour le débit de boisson et réfléchit à la façon de gérer au mieux cette activité. Dans un premier temps l’auberge s’installe dans l’ancienne école (de 1991 à 2000). Le côté épicerie, tabac, téléphone public est abandonné.

Finalement en 2000, la nouvelle auberge est ouverte, en retrait par rapport à la précédente pour agrandir la place centrale.

.

.

A la découverte du village

.

.

Four Aspres les Corps

Le four central du village.

Le soleil est légèrement voilé et la photo s’en ressent. Un projet de rénovation et d’embellissement du four est en cours.  En regardant cette photo, j’ai pensé que le moment était venu d’aborder le grand problème d’Aspres les Corps à savoir l’étroitesse de la rue centrale et sa sinuosité. Les documents signalent  » qu’à certains endroits, on ne passait qu’avec un tombereau… ». et plus loin « de nombreux travaux d’élargissement de cette rue principale ont eu lieu, avec disparition malheureusement de maisons, fontaines, de lavoirs, de murets… ». Voitures, camions, tracteurs devaient passer sans problème dans le village, pour apporter un confort dans le dur labeur des paysans.

.

.

.

Ecole Aspres les Corps

Sur la gauche, l’école mixte construite en 1888.

Avant la construction de cette école imposante, on « faisait l’école » dans les fermes, un peu comme les réunions municipales à la même époque. A partir de 1880, la commune qui compte 596 habitants et près de 75 enfants à scolariser comprend qu’il faut construire une école et commence les démarches  administratives. Voici un extrait du courrier adressé à l’inspecteur d’académie qui est révélateur de l’état d’esprit de l’époque : « cette école sera suffisante pour une population qui ne doit pas diminuer parce qu’elle cultive un territoire assez vaste pour la nourrir, mais qui ne s’accroitra pas de manière bien sensible, parce que la commune est située sur le flanc d’une montagne où ne s’établira vraisemblablement jamais, ni commerce, ni industrie, qui puisse y attirer de nombreux habitants… cette école devra recevoir les enfants de 5 à 13 ans ». De 5 à 13 ans cela représente de la maternelle (grande section) jusqu’au certificat d’études.

Cette école sera finalement ouverte en 1888, accueillera 4 salles de classes et 4 logements d’instituteurs. Plusieurs générations d’élèves profiteront de ce beau batiment. Le 25 février 1898 un ouragan s’abat sur le toit de l’école en l’endommageant gravement, ainsi que le préau. Les réparations coûteuses ne se feront que très progressivement, terminées en 1918 !  En 1938, à 2 reprises un ouragan se déchainera au dessus de l’école avec « une violence inouïe ».

.

.

Elèves ecole aspres les corps

En haut à gauche : 1900. En haut à droite : 1951. En bas gauche 1933. En bas droite 1959 (mon époque) .

.

.

Ecole Aspres les Corps

Photos des dernières années de l’école. L’ensemble de ces photos a été trouvé sur le fascicule de l’association « Aspres d’Autrefois ». Le travail de cette association a été remarquable et j’en parlerai un peu plus loin.

Mais voilà ! La démographie s’effondre. En 1947 on ne comptait plus que 235 habitants dans le village et une trentaine d’enfants seulement. Le nombre de classes est réduit à deux, d’autant qu’une deuxième école ouvre ses portes au Motty,  autorisation difficilement compréhensible !

 

demographie aspres les corps

La fermeture définitive de l’école sera décidée en 1983, soit cent ans après son ouverture, 3 ouragans, des difficultés financières à répétition, et de merveilleux souvenirs !

.

.

Reprenons notre périple dans le village.

.

.

.Eglise d'Aspres les Corps

Eglise d’Aspres les Corps.

Elle a été construite en 1862, là aussi après de longues tractations (de 1856 à 1862) pour le choix du terrain, pour l’importance de l’édifice (603 habitants), pour son style… au point que l’architecte écrit au préfet « rien dans nos campagnes n’est plus propice à diviser les esprits que la question de l’emplacement d’une nouvelle église : chacun la veut de son côté… » En 1862, l’église s’est retrouvée  un peu à l’extérieur du village (nous allons dire à mi-chemin entre les habitations et le château) pour des raisons de disponibilité de terrain. Aujourd’hui c’est moins flagrant.

Petite anecdote : un gros camion stationnait devant les cyprès, à droite de l’église. Tour de magie (@magie bien-sûr) j’ai pulvérisé l’intrus ☺. Voilà une photo plus présentable !

Histoire paroissiale :

  • 1599 une église en ruine  : les premières traces de la vie paroissiale d’Apres les Corps datent effectivement du 20 juillet 1599 grâce aux archives départementales de Gap. Il s’agit dans ce document d’une visite pastorale de l’Evêque qui passe par St Firmin, Beaumont …et Aspres. La surprise est grande car l’église du village est en ruine, les fondements de l’édifice à peine repérables et la messe non dite depuis plus de 20 ans !   Monseigneur décide le 23 juillet 1599 que la petite église (qui n’a pas de vocable) soit reconstruite sur les mêmes fondements et qu’un prêtre soit établi en ce lieu pour y dire la messe régulièrement.
  • 1646 Eglise Notre Dame : pratiquement 50 ans plus tard, un autre document signale que l’église d’Aspres est maintenant sous le vocable de « Notre Dame » et plus précisément de « l’Assomption de Notre Dame ». Cette église se situe alors au coeur du cimetière actuel. Surprise, en 1786, d’autres documents signalent que le batiment est dans un état catastrophique et le prieur propose à l’évêque que dorénavant la messe soit dite à la chapelle « St Jean Baptiste » construite récemment par un paroissien. Le 29 mai 1787 cela devient effectif,  l’évêque interdit la messe en cette église de « Notre Dame ».
  • Chapelle St Jean Baptiste : cette chapelle a été construite en 1781 par un particulier, le « sieur Long », sur les ruines d’un petit bâtiment. Le 29 mai 1787 (comme nous venons de le voir) cette chapelle est prête à accueillir les paroissiens. Mais très vite vite on se rend compte qu’elle est trop petite pour les 540 habitants du bourg. Le 22 décembre 1791 (après la Révolution), c’est le corps municipal qui décide que cette petite chapelle continue à être la paroisse du village.
  • Retour en 1808 à l’église Notre Dame : pour des raisons de petitesse, la chapelle « St Jean Baptiste » est abandonnée au profit à nouveau de l’ancienne église Notre Dame qui fait l’objet de nombreux travaux. Mais cette église est très humide, les dégradations rapides, et en 1848 se pose une fois de plus la question de construire une grande église, proportionnée aux 600 habitants, qui soit accessible au plus grand nombre, sans humidité….
  • Eglise actuelle 1862 : finalement après 6 ans de tractations sérieuses et serrées (voir le mot de l’architecte plus haut) en 1862,  l’église actuelle ouvre ses portes.

 

.

Eglise d'Aspres les Corps

L’église est bien classique. Grand silence.

.

.

.

Paroisse d'aspres les Corps

Sur la gauche, le presbytère est bien visible.

Aujourd’hui, il a été  transformé en appartements.  Construit en 1877, soit 15 ans après l’église, le curé avant cette date était très mal logé. Une personne du village m’a affirmé qu’un jardin existait entre l’église et le presbytère et le mur existant semble le confirmer. Aujourd’hui ce jardin est devenu un parking pour les habitants.

Cette batisse imposante servait de lieu de réunion pour les paroissiens,  lieu de catéchisme (à l’époque 75 enfants sont scolarisés donc catéchisés), lieu d’accueil pour certaines personnes de passage, ou en détresse, le prêtre à l’époque était aidé (aide au prêtre), … Bref, si l’église servait au culte et à la prière, le presbytère catalysait toute la vie paroissiale et ses oeuvres.

.;

.

Monument aux morts d'Aspres les Corps

Monument aux morts érigé en 1920. Toujours cette vue très dégagée sur la vallée.

Le monument aux morts nous indique uniquement les disparus de 14-18. Pas de morts à déplorer en 39-45. Depuis des années je fais un travail de recherche sur les Résistants de 39-45 dans la vallée du Champsaur en essayant de retracer l’itinéraire de chacun !  A ma connaissance Aspres les Corps avait été épargné.  J’ai donc eu confirmation sur ce monument aux morts. Pour lire cet article peu commun et émouvant cliquez ICI

.

.

.

Aspres les corps

Presque toutes les photos se ressentent du soleil voilé…dommage. Nous avons dépassé l’église et le presbytère et nous nous dirigeons vers le château (qui se trouve derière mon objectif) .

.

.

.

Aspres les corps

Sur le chemin du château, on croise cette ferme imposante avec un porche qui m’a surpris. Il est possible que je retouche la photo en enlevant la poubelle :=) .

.

.

.

Le château

.

.

Château d'Aspres les Corps

J’ai été très aimablement reçu par la propriétaire du château qui m’a autorisé à faire un ensemble de photos. Au passage elle m’a donné des explications sur l’histoire très ancienne de la bâtisse. A remarquer sur cette photo les vestiges d’une tour (au premier plan sur la gauche)). En effet initialement (selon Joseph Roman) le château comportait 4 tours, aux angles d’un logis rectangulaire. En 1811,  selon le cadastre napoléonien il en comptait 3. Aujourd’hui, il en compte 2 en bon état et les vestiges de cette 3eme tour.

.

.

.

.

Château d'Aspres les Corps

Voilà comment Joseph Roman en 1888 présentait le château d’Aspres les Corps : « Il semble dater du XIVeme, mais il a été fortement remanié aux époques suivantes. Il se composait primitivement d’un corps de logis rectangulaire avec quatre tours rondes aux angles; il n’existe plus que deux tours aujourd’hui (1888). On remarque à l’intérieur un bel escalier en marbre noir provenant du château de Villeneuve« .

..
.

 

.

.

Château aspres les corps

.Arrivé devant cette belle grille, j’étais très embêté. Pouvais-je me permettre de sonner pour faire quelques photos ? Un peu délicat mais je l’ai fait …et n’ai pas été déçu. La propriétaire des lieux qui était en train de jardiner, m’a accueilli aimablement et donné l’autorisation de faire des photos.

..

.

.

Château d'Aspres les Corps

En entrant, le château fait forte impression. Les travaux  effectués depuis plusieurs décennies l’ont rendu vraiment élégant.  C’est en 1991 que Denise et Louis Charpentier l’ont acquis pour en faire un hôtel-restaurant de luxe. La photo est prise de l’ancien parking. J’ai retrouvé quelques commentaires de l’époque sur l’hôtel qui sont très intéressants :

  • J’y suis allée deux fois cet été et je n’ai pas été déçue, loin de là. C’est vrai que l’intérieur est un peu vieillot mais entre la cuisine qui est raffinée, le personnel très aimable et un panorama splendide c’est un endroit à conseiller. Ce serait parfait pour un mariage. (Août 2014)
  • Beau château avec chambres et salle a manger plus terrasse panoramique sur la vallée et montagnes environnantes. Cuisine bien faite et personnel charmant. Prix abordables. Filet de sandre cuit parfaitement. (juin 2014)
  • Au détour et au hasard de notre route nous « tombons » sur ce charmant petit château hôtel- restaurant caché dans le village. L’accueil simple et très aimable nous a tout d’abord décidé à rester y déjeuner, puis la déco intérieure de bon gout et soignée entièrement refaite « façon château » (sachant par le propriétaire qu’il y avait avant une colonie de vacances…vous imaginez les transformations qu’il a fallu faire !) La cuisine est bonne et délicate avec de bons produits et un rapport qualité/prix intéressants. Nous y avons ressenti l’envie de bien faire et le plaisir de recevoir . Nous avons pu visiter 1 chambre absolument charmante qui vous ramène qq siècles en arrière tout en vous offrant un confort moderne. Une terrasse est à disposition pour les beaux jours avec panorama sur la vallée et les montagnes. Nous y reviendrons certainement. (mars 2014)

J’ai trouvé des pages de commentaires allant tous dans le même sens. Je vous livre le dernier :

« Le Château d’Aspres est maintenant fermé et beaucoup vont le regretter. Le fils des propriétaires tient le restaurant du Bercail à Chauffayer qui ne s’adresse pas à la même clientèle mais qui  reste très honorable. »

.

.

photo ancienne chateau d'Aspres

Photo du château datant de 1913. C’est grâce à ce genre de cliché qu’on se rend compte du travail considérable qui a été accompli pour embellir le château.

.

.

Vallée du ChampsaurLes commentaires qui sont plus haut, parlent d’un magnifique panorama. Le voici !

.

.

Châreau d'aspres les corps

La propriétaire du château Mme Denise Charpentier m’expliquait qu’elle avait fait des recherches sur les origines du château et que sa construction remonterait en réalité à 1220 grâce à Jean d’Aspres (contrairement à ce que disait Joseph Roman qui affirmait qu’il datait « probablement » du XIVeme) . Puis elle m’a donné les différents propriétaires que j’ai d’ailleurs retrouvé à postériori sur le fascicule de l’association. Les voici :

  • les famille d’Aspres de 1220 à 1493
  • la famille Maréchal-La Croix dit M. de Corps de 1493 à 1560
  • la famille Bonnard de 1560 à 1589 (le château de Lesdiguières commence sa construction)
  • En 1589 la seigneurie revient à Lorens de Reynard (par alliance)
  • Le château reste dans la famille Reynard jusqu’en 1780
  • 1780, la famille Maigre devient propriétaire
  • 1830 à 1882 famille Vincent Reynaud
  • En 1882 M. Eymard devient propriétaire qui le transmet à sa fille (Mme Gonin dont le mari était  pharmacien à Corps). M. Gonin le transmet à sa fille (épouse du Dr Perron à Grenoble. A cette époque le château est en mauvais état (voir photo suivante)
  • En 1946 le château est racheté par les moteurs Baudoin qui en fait l’acquisition pour le transformer en colonie de vacances. Il semblerait qu’ils aient fait des transformations hasardeuses. Ils l’ont revendu en 1991.
  • C’est en 1991 que Denise et Louis Charpentier en font l’acquisition pour en faire un hôtel de luxe. Sauf erreur de ma part cet hôtel a fermé ses portes en 2014 (retraite) mais Mme Charpentier demeure la propriétaire actuelle.

Le site « Châteaux forts et manoirs » ne donne pas la même séquence :

Le château d’Aspres a été bâti au XIVe siècle par la famille d’Aspres dont les derniers propriétaires en 1493, furent Jean, Jacques et un autre Jean, un cousin germain. On pense que la seigneurie fut ensuite apportée à la famille d’Alauzon qui était seigneur de Roussieu. Montarsine d’Alauzon épousa vers 1500 son cousin Bertrand de Chabestan, seigneur de Roussieu. Après plusieurs mariages, la propriété passa à Charles Scipion de Reinard, qui vendit la seigneurie en 1780 à Joseph Escallier Maigre, négociant à Lyon. En 1784, à son décès son fils, Jean-François, en hérita. A sa mort le 13 janvier 1831, la demeure sera vendue à Monsieur Reynaud, cousin de la famille, qui la transmit à sa fille Mme Roman. En 1882, elle sera à nouveau vendue à M. Eymard ; sa fille épouse de M. Gonin et la cèdera à sa fille épouse du Dr Perron habitant Grenoble. Elle conserva et entretint ce château jusqu’à la seconde guerre mondiale, époque où la socité des moteurs Baudoin l’acheta pour ses œuvres sociales sous forme de colonies de vacances. Cette affectation entraînera des dégradations, mais en 1991, M. Louis Charpentier rachète le château et depuis il le restaure avec goût pour en faire un lieu d’accueil touristique de prestige

.
.

Chateau aspres les corps

Cette photo aérienne de 1950, montre que la partie gauche du corps de logis est détruit, que la toiture de la tour gauche a disparu. Le château est donc très endommagé. L’entreprise Baudoin a-t-elle trouvé le château dans cet état ou l’a-t-elle sécurisé pour les enfants de la colonie en détruisant ce qui représentait un danger ? Question que je poserai un jour…Ce qui est sûr, c’est que le portail a été déplacé pendant cette période.

La tour de gauche a retrouvé sa toiture plus tard, le corps du logis a été reconstruit probablement en 1991 à l’arrivée de Denise et Louis Charpentier

.

.

.

Aspres les Corps

Partie droite du château. N’ayant pas assez de recul, j’ai pris la photo avec un objectif « grand-angle » , d’où la déformation sur les bords (les cyprés semblent penchés).

Wikipédia signale que  » de magnifiques plafonds à la française ainsi que l’escalier en marbre noir du XVIe témoignent d’un passé important ».

.

.

.

château d'Aspres

Quelques rappels d’histoire :

  • Les 6 et 7 septembre 1596 y a lieu une assemblée des Réformés du Dauphiné et de Provence, demandant au Roi un édit favorable (l’édit de Nantes qui fut le résultat de ces démarches).
  • En 1814, suit un passage du Comte d’Artois, frère de Louis XVI et futur Charles X.
  • Le 5 mars 1815, Napoléon Ier est reçu dans le salon du château, de retour de l’île d’Elbe.
  • En 1817, le pape Pie VII rencontre le châtelain d’Aspres.

.

..

.aspres les corps

.Belle vue sur la vallée du Champsaur. Le champ est couvert de colza sauvage.

.

.

.

La colonie du château (1946-1991)

.

Comme nous l’avons vu plus haut, le château a été  acheté en 1946 par l’entreprise des moteurs Baudoins pour en faire une colonie de vacances pour les enfants de ses salariés. L’aventure durera jusqu’en 1991.

.colonie Aspres les Corps

 Excursion à Notre Dame de La Salette pour un groupe de jeunes filles vers 1950 (CE des moteurs Baudoins). On reconnait bien le grand portail du château.

Après lecture de plusieurs documents, je pense qu’en 1946 l’entreprise Baudoins a voulu sécuriser le lieu pour les jeunes colons en choisissant la manière radicale et en démolissant toute la partie gauche du château. Etait-il déjà en ruine ou en menace de ruine ? La photo aérienne de 1950 qui se trouve plus haut le montre nettement. Pour des raisons d’accessibilité,  même méthode, le très vieux portail a été déplacé sans concertation. Aujourd’hui avec la legislation sur les monuments historiques, une telle chose n’aurait pas pu être réalisée.

D’autres colonies ont été accueillies à Aspres-les-Corps

Le village d’Aspres les Corps a  accueilli pendant plusieurs décennies des colonie de vacances. En effet  en 1943, l’école des filles est vacante et le conseil municipal décide de louer les locaux à des colonies. C’est le groupe « jeunesse et montagne » qui sera le 1er groupe, puis ce sera la colonie de la police de Marseillle, puis la société Chausson d’Asnières. Le groupe des moteurs Baudoins tente d’acheter ce bâtiment (école des filles)  pour 350.000F. Le conseil municipal trouve que la somme est insuffisante et refuse. Finalement comme nous venons de le voir, les moteurs Baudoins achète le château.

En 1973, la municipalité envisage de transferrer l’école et le logement de l’instituteur dans le presbytère pour libérer totalement l’école. Elle pourrait alors être uniquement destinée aux colonies. Mais rien ne se fera. En dernier lieu c’est l’association « La Brèche » qui utilisera les locaux. En 1987, Aspres n’accueillera plus de colonies dans son école. En 1991, la colonie du château fermera ses portes également.

Pourquoi tant de colonies ont-elles fermé leurs portes ?

« Mémoire du Champsaur » a écrit un article intéressant sur la fin des colonies de vacances dans le Champsaur (et dans la France entière). En 1970, la vallée comptait 135 colonies, en 2017 elle en compte au grand maximun une trentaine et encore qui sont en grandes difficultés. Pourquoi ?  Pour lire la réponse cliquez ICI

 

La mine d’anthracite

Pendant près de 150 ans, Aspres les Corps a pu exploiter une mine d’anthracite…malheureusement  dans des conditions assez difficiles (arrêt en 1944 après un éboulement empêchant l’accès à la galerie) mais à certains moments rentable. Après avoir suscité de grands espoirs pour le village à partir de 1801, la mine a connu des hauts et des bas, de nombreux rebondissements, des transactions diverses et abandons itératifs, puis s’est révélèe non rentable vers 1932. De 1932 à 1944 quelques ouvriers continuaient à y travailler (aucun investissement) pour extraire l’hiver en particulier un peu de charbon pour le village.

Histoire succincte :

  • 1801 premières prospections
  • 1805 un filon de houille est trouvé, de qualité médiocre, friable, donnant beaucoup de cendre mais s’allumant facilement. Une exploitation est envisageable.
  • Pendant plusieurs années d’autres filons sont recherchés
  • 1852, Mme Rey (employée des mines de St Cérey) et M. Girou (directeur de banque à Grenoble) demandent l’autorisation à la commune d’étendre les recherches car ils sont persuadés de trouver des filons plus rentables. Ils s’engagent en contrepartie à verser une somme de 200 francs par an  à la commune et cinquante quintaux de charbon. Petit calcul : 100kg X 50 = 5000kg à partager en 500 habitants = 10kg par personne à multiplier par le nombre de personnes dans la maison. L’école devait être également fournie en charbon.
  • Abandon rapide de la prospection et …déception des habitants car non seulement ils avaient les avantages cités plus haut mais pouvaient travailler l’hiver dans la mine.
  • 1871 reprise de l’exploitation avec ouverture de la galerie Gueymard de 40m où ils découvrent trois couches de charbon dont une de bonne qualité. La galerie Gueymard donne beaucoup d’espoir sur l’avenir de la mine.
  • 1876 Apoline Itier achète la concession avec un projet très ambitieux…mais tout est arrêté en 1893 car l’affaire n’est pas rentable.

Mine de charbon Aspres les Corps

Limites de la concession achetée par Apoline Itier en 1876

  • De 1900 à 1928, la mine est rachetée à plusieurs reprises et n’est pas rentable. Les méthodes d’extraction sont anciennes et datent du siècle précédent. En 1917 toutefois le prix du charbon grimpe (du fait de la guerre) et M. Chabran pense que cela peut être à nouveau intéressant. Il ouvre une nouvelle galerie de 300m de long, 2m de hauteur sur 2m de largeur. Les recherches ne donnent rien !
  • 1939-1944 l’exploitation reprend doucement pour s’arrêter définitivement après un affondrement en 1944 qui heureusement n’a fait aucun mort car il s’est produit la nuit.

 

 

Pour finir, quelques photos intéressantes

.

.François Magnan Aspres les corps

François Magnan (1928-1904) Bienfaiteur de la commune ?

L’histoire de cette statue est cocasse !  François Magnan est né à Aspres les Corps le 19 décembre 1828. Il a travaillé toute sa vie à Lyon dans le négoce de soieries et textiles. Il avait stipulé dans son testament qu’une somme d’argent devait être versée à sa mort à la commune

  • d’une part pour acheter un terrain sur lequel devait être érigée sa statue avec la mention « F Magnan Bienfaiteur de la commune »,
  • d’autre part  la somme restante devait servir à l’entretien des chemins communaux.

A sa mort en 1904, sa soeur Virginie Magnan n’est pas d’accord avec ce leg et les termes du testament. Un procès de 7 ans donnera finalement raison à la commune. Le terrain est donc acheté, la statue réalisée…et finalement il ne restait plus d’argent pour l’entretien des chemins. Cocasse !

.

.

Mécanisme d'horloge

Ce mécanisme d’horloge se trouve dans l’église d’Aspres et a dû rythmer certainement la vie du village dès le début de sa construction en 1862. Le mécanisme a été refait par Monsieur Jasserand.

.

.

Fontaine Aspres les Corps

.Par-ci par-là on repère des fontaines anciennes dans le village qui ont toutes leur charme.

..

.

ferme à Aspres les Corps

Préparation du bois pour l’hiver. A repérer les « Vélux » qui montrent que la modernité n’a pas été oubliée.

.

.

Promenade Aspres les corps

.Des promenades partout…

.

.

ruines Aspres les Corps

La Citadelle

Découverte dans la forêt de nombreuses ruines de maisons. C’est l’association « Aspres d’Autrefois » qui restaure et met en valeur le site.

.

.

..

.

Vallée du Champsaur

Vue dégagée sur le village et sur l’Obiou.

.

.

.

Aspres les Corps

Des paysages magnifiques dès qu’on prend de la hauteur.

.

.

.

Pharmacie St Firmin

Centre médical et pharmacie.

 Ce centre médical (avec pharmacie) est vraiment une belle réalisation. Il se trouve à mi-chemin entre Apres-les-Corps et St Firmin et sauf erreur de ma part, il s’agit d’une réalisation de la communauté des communes.

.

.  

.

Ancienne école du Motty

.Ancienne école du Motty.

Le Motty fait partie de la commune d’Aspres les Corps. Cette école ouverte en 1954 qui se voulait moderne et « prototype » a été fermée en 1986, deux ans après celle d’Aspres. Un article sur le Motty est en préparation.

.

.

Quelques  photos des environs

.

A quelques kilomètres d’Aspres-lès-Corps se trouve le village de Corps et ses fameuses plages du Sautet qui attirent pas mal de touristes.

.

.

Barrage du Sautet

Barrage du Sautet vu de drone.

Depuis quelques mois, je découvre le Champsaur grâce à un drone performant dont l’optique est de haute qualité. J’ai un retour image directement sur la télécommande.  Quand j’ai décollé et que ce panorama est apparu sur l’écran je suis resté en vol stationnaire pendant 2 minutes uniquement pour l’admirer. Vous pouvez voir toutes ces photos en cliquant ICI

.

.

.

Notre Dame de La Salette

Notre Dame de La Salette

Ce sanctuaire se trouve juste au dessus d’Aspres-les-Corps. D’ailleurs un chemin part du village et monte jusqu’au sanctuaire ( j’ai dû le faire une bonne dizaine de fois).

Notre-Dame de La Salette est le 3eme lieu de pèlerinage catholique de France en terme de fréquentation. L’Église catholique a reconnu officiellement que la Sainte Vierge Marie était apparue à deux enfants le 19 septembre 1846 dans les montagnes qui se trouvent au dessus du village de Corps et d’Aspres-les-Corps (Isère, 40 km de Gap). Pour lire l’article  cliquer ICI.

..

.

Belle vallée du Champsaur

Le Drac limite le village vers le sud. C’est le domaine des pêcheurs et des amoureux de la nature.

.

.

La Chapelle en Valgaudemar

Pour les amoureux du Kayak, la Severaisse est à 2 pas du village. A moins que vous préfériez la marche en montagne…

Je dis souvent que le meilleur des photographes ne peut pas transformer un canasson en cheval de course même si son matériel est excellent. Donc ces photos sont belles parce que la région est belle. Vous pouvez découvrir d’autres photos magnifiques du Champsaur en cliquant ICI

.

 

L’association « Aspres d’autrefois »

..

.

Association Aspres d'autrefois

L’association « Aspres d’autrefois » créée en 2009 a édité ce fascicule de 120 pages en 2012 qui est très complet. Voici comment l’association se présente : « Nous nous sommes fixés… pour but de retrouver et transmettre le savoir-faire et traditions oubliées des anciens du village d’Aspres les Corps. Elle a ainsi collecté documents, objets, photos, outils qui témoignent du passé du village, recueilli des récits d’anciens maintenant disparus, et organisé des animations culturelles et festives autour de ces différents thèmes, ce livre en fait partie« .

Mémoire du Champsaur s’est largement inspiré de ce fascicule pour écrire l’article sur le village. Toutes les précisions recherchées ont été trouvées. Le travail de mémoire a donc été largement facilité. A notre connaissance seul le village d’Ancelle en a fait autant. Mais le fascicule d’Ancelle est énorme et le prix s’en ressent. Celui d’Aspres les Corps est très abordable, le mettant ainsi à la disposition de tous. Bref, ce fascicule est remarquablement bien fait !

.

.

Pour lire l’article sur le Motty  cliquez ICI  ( en préparation)

Pour revenir à l’ACCUEIL cliquez ICI