Champsaur 2

Château d’Ancelle

 

chateau-d-Ancelle.jpg

Château d’Ancelle

 

Pour lire les 5 chapitres sur Ancelle   Cliquez ICI.

Pour l’article sur la station de ski d’Ancelle Cliquez ICI

Pour lire l’article sur « Château d’Ancelle »   cliquez ICI.

Pour lire l’article sur « Les matherons » (commune d’Ancelle)   cliquez ICI.

Pour lire l’article sur « Les Faix » (commune d’Ancelle)    cliquez ICI.

Pour voir les clichés anciens d’Ancelle   cliquez ICI 

Pour revenir à l’accueil général du blog Cliquez ICI 

  Chateau-d-ancelle.jpg  L’arrivée dans « Château-d’Ancelle ». Ce bourg fait partie de la commune d’Ancelle.

 

Chateau-d-ancelle-village.jpg

A vrai dire, la commune est composée de plusieurs hameaux distincts et assez distants les uns des autres ; par ordre d’importance décroissante :

– le Village d’Ancelle chef-lieu,

– le Château d’Ancelle (dont nous allons parler ici ),

– les Matherons,

– Saint-Hilaire,

– les Faix,

– les Taillas,

– Moissière,

– le Collet (ce dernier sur le versant sud).

  Tous ces villages font partie de la même commune : Ancelle. 

 

Rappel d’histoire.

    L’histoire d’Ancelle remonte à très loin. Les premières maisons d’Ancelle n’étaient ni  proche du torrent de la Roanne (Château d’Ancelle…..le bourg dont nous parlons) ni sur le plateau (actuellement Ancelle chef-lieu)  mais à 5km au Sud sur le mont Saint Philippe (en réalité déformation linguistique de Saint Félix). Ce premier village s’appelait Faudon (en celte cela signifierait la « montagne aux fayards »). Dans ce village aux origines millénaires aujourd’hui disparu (suite à un incendie en 1210) se trouvaient un château et probablement la 1ere paroisse du Champsaur (église Saint Félix). Des fouilles menées au XIXeme siècle ont retrouvé un bracelet de bronze, une fibule, une hache polie datant de 400 à 600 avant Jésus Christ. Bien que la fondation de Faudon soit difficile à dater, les historiens s’accordent pour parler de 600 avant Jésus Christ …..donc avant la fondation de Gap. Bien plus tard, on apprend dans certains écrits que Faudon se trouvait en bordure d’une voie romaine construite en 52 avant JC qui allait du Champsaur vers Chorges. Tout le village a brûlé en 1210. Le seul vestige de ce hameau, encore visible en 1900, était une tour en ruine, la tour Saint Philippe. Aujourd’hui ce n’est plus qu’un amas de pierre.

2eme localisation d’Ancelle (Ancilla) : en 1210 Faudon a donc brûlé ainsi que son château et son église Saint Félix. Le seigneur « De Faudon » décide de reconstruire son château dans la plaine (une plaine appelée « Ancilla » car ces terres avaient été données à une servante). Ce 2eme château a des dimensions plus importantes que celui de Faudon, et se trouve près du torrent de la Roanne, là où se trouve aujourd’hui le hameau « Château d’Ancelle » (on comprend mieux l’origine de ce double nom). C’est de ce hameau que nous parlons dans cet article. Le lac est bien-sûr asséché depuis 600 ans, et une forêt magnifique a poussé. Tout va être défriché. Ce château fut à son tour totalement détruit en 1425 par un incendie ! Les « De Faudon ne purent en assurer la reconstruction car leur fortune avait considérablement diminué. Ils gardaient toutefois la propriété des terres. Donc on peut retenir que « Château d’Ancelle » a prospéré avant Ancelle chef-lieu.

3eme localisation. Au XVeme siècle le seigneur de Faudon s’installe à Ancelle chef lieu actuel, plus en hauteur sur le plateau, car au XIVeme ce bourg était devenu prédominant (comme aujourd’hui). En 1513, finalement, les « De Faudon » cèdent les terres d’Ancelles aux Rambaud de Gap.

 

eglise-sainte-catherine-ancelle.jpg

 L’église Sainte Catherine au coeur de l’ancien village.

 

Son histoire est très longue…….

De 700 à 1210 : une première église est construite à Faudon

 Cette première église a été construite en 700 dans le village de Faudon (commune d’Ancelle), connue sous le vocable de Saint Félix a été reconnue comme Paroisse à part entière. Il s’agit à priori de la plus ancienne paroisse du Champsaur.  Faudon brule entièrement en 1210. 

De 1210 à 1425 : la 2eme église est construite à l’intérieur du Château d’Ancelle.

En 1210, l’église et le château de Faudon ont brulé. Le château est alors reconstruit dans la plaine où se trouve aujourd’hui Château d’Ancelle.  Quelques décennies plus tard, à la fin du XIIIeme siècle, l’église à son tour est reconstruite à l’intérieur de l’enceinte du château, sur la colline, très près du cimetière actuel. 

 Tout va bruler en 1425 (église, château, habitations…). Le peu qui reste de l’église, est ravagé par les protestants peu après (XVeme siècle). Les guerres de religion ont été très dures dans le Champsaur et tout le patrimoine écclésial pratiquement a été détruit !!  

Au XVIIeme siècle : une 3eme église est construite à l’emplacement actuel :

Cette 3eme église, sous le vocable de Sainte Catherine, est reconstruite en bas de la colline à son emplacement actuel. Le cimetière paroissial a été construit sur la colline en 1838.

Chateau-Ancelle.jpg

 Cet agrandissement d’une photo aérienne que j’ai faite en juin 2013 montre bien l’emplacement de l’église Sainte Catherine (actuelle) et du cimetière. L’ancien château (qui a donné son nom au hameau) se situait sur cette butte à la place du cimetière (construit en 1838). Quelques ruines sont encore visibles. C’est là que résidaient les Seigneurs d’Ancelle. En 1425 le château a brûlé en même temps que l’église. Les « De Faudon » ne purent en assurer la reconstruction car leur fortune avait considérablement diminué. 

.

A-t-on des renseignements sur ce château ? 

 J’ai posé la question à M. Robert Faure, historien du Champsaur, sur le vieux château d’Ancelle brulé en 1425 : « A-t-on des plans, des dessins, des traces écrites……. ? »

Voici sa réponse : » J’ai eu la chance d’avoir récupéré, souvent à Paris, ces documents anciens alors que, jusqu’à présent personne ne s’y était intéressé……. Concernant les vieux documents sur les châteaux du Champsaur (Montorcier, Prégentil, Ancelle…), j’ai beaucoup cherché, mais en vain. Presque toutes les archives du Champsaur ont été brulées par les Savoyards en 1692. »  

 

Concernant cette terrible semaine de 1692,  M. Faure précise :

« A la fin du XVII ème siècle, les Savoyards avaient l’intention de conquérir le Sud Est de la France et d’étendre leur territoire jusqu’aux bords du Rhône.

C’était sans compter sur l’implacable résistance de Lesdiguières qui leur a infligé de cuisantes défaites en les boutant hors de Grenoble. (D’ailleurs, sans Lesdiguières, Grenoble serait, peut être aujourd’hui, une ville italienne(???).

Mais la vengeance des troupes de Victor Amédée de Savoie, après la mort de Lesdiguières, allait être terrible.

En 1692, brutalement et rapidement, en moins d’une semaine, tout fut méthodiquement pillé, détruit et enfin mis en cendres. La Rochette, Romette, Saint Julien, Aubessagne, le Glaizil (et son beau château de Lesdiguières), Poligny, La Fare, Saint Laurent, Chantaussel, Le Noyer, Laye, Les Allards, Saint Michel de Chaillol, Chabottes, Chabottonnes, Saint Bonnet et ses Hameaux, Ancelle, Saint Jean de Montorcier furent méthodiquement pillés et.dévastés sans que la moindre maison fut épargnée: 10 945 maisons brûlées dans le Champsaur et le Gapençais (dont le splendide château de Tallard). » ……

« Le cauchemar était total.

Traumatisés et exsangues, le Champsaur et le Gapençais qui ne s’étaient pas remis des guerres de religion, n’étaient plus qu’un désert hérissé de décombres. Tout était alors à refaire. Il fallait, profil bas, repartir à zéro.  Ainsi disparurent, cette année de 1692, bon nombre d’anciens documents qui étaient la mémoire du Champsaur ».

Pour lire l’article de M. Robert Faure sur cette terrible semaine de 1692 

Pour découvrir « l’encyclopédie du Champsaur » de Robert Faure 

  Eglise-sainte-catherine-Chateau-ancelle.jpg

 Eglise Sainte Catherine

 Les pierres de la porte d’entrée latérale semblent  indiquer que cette église Sainte catherine a été construite au XVIIeme siècle. A partir du 28 janvier 1643, deux prêtres la desservent  et elle devient à la même époque Paroisse (au niveau ecclésial) à part entière. En 1701 des travaux sont effectués.

Gros travaux de 1847 à 1849:

Le curé de l’époque, l’abbé Gévaudan, se rendant compte que son église est en piteux état entreprend avec habileté et ténacité des travaux importants.

1/ il agrandit l’église de 7 m au levant  en prenant du terrain sur une maison contiguë

2/ il rehausse les murs et met en place une voute de briques.

3/ Pour rendre assez solide ce nouvel ensemble, il met des contreforts (bien visible sur la photo) 

4/ il rehausse le sol de l’église de 50cm pour qu’il y ait moins d’humidité et fait poser un plancher en méléze.

5/ sur le pignon, il fait ouvrir une porte et un oeil de boeuf, bien visibles sur la photo ….

6/ il refait à neuf la toiture

7/ il fait ouvrir trois fenêtres au sud bien visibles également.

8/ il fait construire une sacristie au sud……bien visible sur la photo (petit batiment perpendiculaire à l’ensemble)

9/ construction également d’une 2eme sacristie au Nord.

 Après ces travaux importants, l’église a été bénite en 1849 et solennellement consacrée en 1865 par Mgr Bernadou.

Eglise-Ste-Catherine-Ancelle.jpg

  Grande restauration en 2008-2009. 

Bénédiction solennelle le 13 mai 2009 en présence de Mgr Di Falco. 

 

    Depuis quelques années l’église Sainte Catherine était délabrée : fissures, humidité, infiltrations d’eau, parquet en piteux état, attaqué par les champignons… A partir de 2003, l’association Ste Catherine a tiré la sonnette d’alarme à tous les niveaux pour  signaler les problèmes et déclencher des travaux. Finalement en 2008 la restauration a commencé grâce à la commune (304.240€), au Conseil Général (47.735€) et  au Conseil Régional (50.225€). S’ajouteront à ces quelques 400.000€ des dons de particuliers, et 150.000€ de la commune pour restaurer l’intérieur de l’église. 

L’association (par l’intermédiaire de Mme Bernadette Garnier) a eu l’extrême gentillesse de me renseigner sur l’ensemble des travaux effectués.

A l’extérieur  Réfection de la toiture, restauration de la rosace, vitraux révisés, réparés et protégés à l’extérieur par un revètement presque invisible. Le clocher menaçait de tomber : une énorme grue est venue déposer la cloche (juin 2008) et les travaux ont pu être réalisés. Les murs extérieurs ont été revus, corrigés, crépis. En 1848, l’abbé Gévaudan avait déjà rehaussé le sol de 50cm pour limiter l’humidité. En 2008, 160 ans plus tard, un drainage est également réalisé. 

 A l’intérieur Le parquet en mélèze devait être retiré car trop endommagé. Il avait été posé par l’abbé Gevaudan en 1848. Il était atteint par le champignon « la mérule »  (Serpula Lacrimans) qui se développe dans le bois. Remettre un parquet à l’identique était trop onéreux : c’est donc un carrelage qui a été posé. Les statues et le chemin de croix ont été nettoyés. Un chauffage  electrique radiant a été posé. Certaines petites choses  restent à faire. par exemple le nettoyage de bannières anciennes, la refection de prie-Dieu très anciens…….

Le résultat est très réussi . Je confirme.

 

Entrons……

 

eglise-sainte-catherine-ancelle-INTERIEUR.jpg

Grand silence. Comme à Ancelle chef-lieu, l’église est ouverte. J’ai apprécié car à Marseille, très souvent les églises sont fermées pour des raisons de sécurité (si le prêtre n’est pas là).

Voici  ce que dit l’association (04 92 50 80 38) qui s’occupe de cette église depuis 2003, commentaire que j’ai trouvé très intéressant : »   Alors que toutes les églises de la région ont été vidées de leur contenu pour laisser place au style dépouillé des années 70, l’église Ste Catherine est restée intacte avec sa décoration intérieure et les objets dont la dévotion au XIXeme siècle a marqué les générations précédentes ».  Le propos est intéressant car c’est quelque chose de nouveau que l’on perçoit dans l’église depuis quelques années.

 

Eglise-Sainte-Catherine-a-Chateau-d-Ancelle.jpg

 La restauration de cette église et la conservation des objets anciens  ont été réalisés par la municipalité en lien avec Mme Briotet conservatrice départementale des antiquités et objets d’art, de Mme Leonelli adjointe au conservateur des monuments historiques et de Mme Riblert  architecte  des bâtiments de France.

On apprend dans les documents que le confessionnal est très ancien datant de la fondation de l’église (à priori XVIIeme) que les boiseries qui se trouvent dans le choeur datent du XVIIIeme, qu’une croix en fer forgée sur colonne en pierre taillée, placée devant l’église date de 1783……………

 

Découverte du village

 

Four-a-pain.jpg

 L’ancien four à pain du Château d’Ancelle

.

Maison-ancelle.jpg

 

maison-d-Ancelle.jpg

 

 

En allant vers la Station de ski d’Ancelle, je croise le dernier des V8 français.

Versaille.jpg Beaulieu près de Château d’Ancelle. La dernière voiture française équipée d’un moteur V8.

En 1954, la marque Simca rachète Ford France. La Versaille Vedette fabriquée à Poissy de 1954 à 1961 va être déclinée sous différents noms dont la Versaille Beaulieu dotée d’un moteur V8.

Il y aura également :

la Trianon qui était l’entrée de gamme, assez dépouillée mais avec un prix abordable.

la Marlis qui est la version break ….magnifique !

la Versaille qui était le modèle le plus abouti, le mieux fini.

la Beaulieu (en photo) descendante des modèles précédents mais un peu plus puissance (+ 4 ch) avec 84 cv. Son moteur V8 (Aquilon comme les autres) est de 2351 cm3 et sa vitesse de pointe à 139 km/h .ce qui était exceptionnel à l’époque. L’apparition de ce genre de voitures rapides comme les « Versaille », DS citroën, Opel Kapitan, et autres voitures de sport, qui ont poussé les autorités à limiter la vitesse tout d’abord sur les routes départementales puis finalement sur les autoroutes…….

Ce modèle bi-ton, aux roues un peu plus large que les autres Versailles (passage de 13′ à 15′) a été la voiture des gens aisés pendant une bonne décennie. Elle était vendue 898.000 francs (la Marlis atteignait 1.200.000 F). Pour donner une idée, à la même époque la 403 Peugeot (beau modèle également) était vendue 800.000 F.

Mémoire du Champsaur parle aussi de voitures. anciennes  Pour lire l’article cliquez ICI 

 

En route pour la station

 

Route-d-Ancelle.jpg

Tout en restant dans  la commune d’Ancelle, on pressent sur cette route que la station de ski n’est pas loin. 500 métres plus loin d’ailleurs on voit le bas des pistes.

 

Station-de-ski-Ancelle-copie-1.jpg

 

Plan des pistes.

 

Plan des pistes Ancelle

 

  En 1956 le premier téléski des Taillas est mis en place. En 1959, un 2eme téléski est monté aux Moissières. Ensuite la station de ski d’Ancelle s’étend régulièrement avec de nombreuses pistes : La Blache, Château 1 et 2, Pré Joubert, Jardin des Neiges (enfants), Chatégré (télésiège), Serre de l’homme, Pré Lacôte, Bois Noir, Serreglier, Coste Belle…….Ancelle devient une belle station familiale. Les Aixois et les Marseillais l’apprécient car la station se trouve à 1h30 de route…..ce n’est rien pour un tel dépaysement……et beaucoup descendent à l’hôtel des « Autanes ».

Pistes-ancelles-22.jpg

 Vue aérienne. Ceux qui connaissent Ancelle repèreront bien les pistes. On repère également les Taillas. Lorsque nous avons fait ces photos les nuages commençaient à se former et l’ULM secouait très fort.

 

Pour lire les 5 chapitres sur Ancelle Cliquez ICI.

Pour l’article sur la station de ski d’Ancelle Cliquez ICI

Pour lire l’article sur « Château d’Ancelle » cliquez ICI.

Pour lire l’article sur « Les matherons » (commune d’Ancelle) cliquez ICI.

Pour lire l’article sur « Les Faix » (commune d’Ancelle) cliquez ICI.

Pour voir les clichés anciens d’Ancelle cliquez ICI

Pour revenir à l’accueil général du blog Cliquez ICI

.