Vivian Maier « la Champsaurine »

.

SUCCES MONDIAL POUR LE FILM QUI LUI EST CONSACRE

VIVIAN MAIER « LA CHAMPSAURINE » NOMINEE AUX OSCARS

§ Article écrit par Robert Faure le 08 février 2015 

 

  vivian-Maier-film.jpg       

.

Vivian-Maier-cinema.jpg

Le film « A la rencontre de Vivian Maier » , consacré à « La photographe champsaurine » a été nominé, cette année 2015, aux Oscars (pour la série « documentaire »).

A Hollywood, comme sur les écrans du monde entier, des millions de spectateurs ont apprécié ce film qui raconte l’étrange existence de Vivian Maier qui a navigué entre Champsaur et Amérique, qui était inconnue jusqu’à sa mort, et qui est brusquement consacrée aujourd’hui comme l’un des plus grands photographes du 20 ème siècle.

.

Curieux destin que celui de Vivian Maier !

Fille d’une émigrée champsaurine, Vivian Maier est née, en fait, à New York le 1er février 1926. Sa mère, venait de Saint Julien en Champsaur. C’était une fille de paysans, du Domaine de Beauregard, née Jaussaud en 1897, qui était partie aux Amériques, comme beaucoup de Champsaurins à l’époque, espérant trouver une meilleure situation.

   Michel-de-beauregard.jpg Beauregard était,au 16ème siècle, un domaine noble du Dauphiné appartenant à Michel de Beauregard, capitaine de Lesdiguières

En 1919, Maria Jaussaud épousait un M. Maier, émigrant autrichien. Naissait une fille : Vivian Maier, mais les Maier devaient divorcer 3 ans après. Démarrage difficile pour Vivian Maier aux USA.  Sa mère, en grandes difficultés, accompagnait alors Vivian Mayer dans le Champsaur. Et Vivian fréquentait, de 6 à 12 ans, l’école de Saint Bonnet en Champsaur. C’était, pour elle, les premières années de sa vie, les vraies années des découvertes !

Revenue en Amérique, Vivian allait mener une vie bizarre, tour à tour bonne, gouvernante, nourrice, nurse… Mais, noble revanche, cette célibataire endurcie a eu toute sa vie comme merveilleux hobby un appareil photo pendu à son cou avec lequel elle pouvait, tel un Doisneau, croquer la vie des Américains.

.
.

Vivian-Maier-Autoportrait.jpg« Autoportraits de Vivian Maier » 

 

UNE JAUSSAUD DU CHAMPSAUR

Pour autant elle n’en gardait pas moins un attachement racinien et affectif avec son Champsaur. Elle y vient souvent : à Saint Bonnet, à Saint Julien, au Noyer, à Bénévent…et aussi à Saint Jean Saint Nicolas, en 1932 aux Ricous, pour, en fait, découvrir (sans grand attrait) son grand père  biologique: Nicolas Baille (un ancien garçon de ferme qui avait mis enceinte sa mère Maria Jaussaud alors qu’il venait d’avoir 16 ans, et qui avait été aussitôt chassé du domaine de Beauregard).

D’autres séjours champsaurins encore, entre autres, en 1938, en 1951, en 1959…

.

vivian-maier-champsaur.jpg

A Saint Julien, Vivian Maier devient héritière du beau et ancien domaine de Beauregard. Elle ne le conserve pas. Elle le vend aux enchères en plusieurs lots, ce qui, alors jette un froid parmi ses cousins champsaurins.

.
.

Vivian-maier-beauregard.jpg

Domaine de Beauregard (cliché de l’association Vivian Maier) 

.

.

TRAGIQUE FIN DE VIE

Un peu cigale, elle profite de ses dernières années pour faire un tour du monde mais se retrouve, en fin de vie, démunie, après une chute, dans une maison médicalisée, en proie à d’énormes difficultés financières.

Dans un garage, elle a placé plus de 200 cartons contenant plus de 100 000 photos.

.

    Maier-vivian.jpg

A 83 ans, en 2009,Vivian Maier décède.

N’ayant pu payer les frais de stockage, ces cartons de photos et de pellicules sont vendus aux enchères.

John Maloof, fils de brocanteur, fait alors un achat hasardeux mais étonnant.

Et il découvre un trésor. Il découvre que Vivian Maier, n’ayant connu tout au long de sa vie, souvent dans l’indifférence, que des travaux de survie, était, en réalité, une photographe particulièrement douée et brillante.

ENQUETE EN CHAMPSAUR

John Maloof veut savoir qui était cette inconnue.

Il trouve une adresse, se rend dans le Champsaur en 2011 et 2013 et contacte les Champsaurins qui avaient connu Vivian Maier et qui avaient participé à sa vie lors de ses escapades par les routes et les chemins de la vallée.

D’ailleurs, dans le film nominé aux Oscars : « A la recherche de Vivian Maier », plusieurs champsaurins apparaissent : Sylvain Jaussaud, Daniel Arnaud, Marie Jo Masset.

Il se crée alors à Saint Julien en Champsaur une « Association Vivian Maier et le Champsaur » qui expose et fait connaître les photos de Vivian Maier et qui organise chaque été un concours de photos, invitant chaque Champsaurin à y participer.

Car John Maloof a offert à la commune de Saint Julien 50 clichés que Vivian Maier avait réalisés lors de ses venues successives.

En voici quelques uns qui redonnent vie aux visages et aux travaux des Champsaurins de son temps.

.

.

Vivian-Maier-1.jpg

Vivian-Maier-2.jpg

Vivian-Maier-3.jpg

Vivian-Maier-4.jpg

 

 

Vivian-Maier-5.jpg

Avant de vendre le Domaine de Beauregard dont elle avait hérité, Vivian Maier, la Champsaurine, avait photographié quelques parents et voisins.  (Photos trouvées sur le site de l’association Vivian Maier)

 

IMBROGLIO POUR L’HERITAGE

Les ventes de photos de Vivian Maier, reconnue enfin comme photographe de rue exceptionnelle, ont alors flambé, lançant, en conséquence quantité d’avocats à la recherche d’ héritiers.

Dans un premier temps, John Maloof avait estimé que Sylvain Jaussaud, agriculteur à la retraite, demeurant à Saint Laurent du Cros, était le plus proche parent de la défunte, son arrière grand-père étant le frère de l’arrière grand-père de Vivian Maier. Et, avec l’accord de Sylvain Jaussaud, John Maloof conservait sa part de droits d’auteur.

Mais un avocat américain, David Deal , qui s’était lancé à la recherche d’autres éventuels héritiers de Vivian Maier, a découvert qu’elle avait un parent plus proche: le Gapençais Francis Baille, 63 ans, fonctionnaire en retraite.

Selon lui, le père de Francis Baille, né en 1899, (frère de Nicolas Baille qui habitait Les Ricous à Saint Jean Saint Nicolas) serait le grand oncle de Vivian Maier.

Un procès est en cours à Chicago. D’autres héritiers, comme l’Etat de l’Illinois se manifestent. Des contestations pleuvent.

Conclusion : toute les ventes de Vivian Maier sont stoppées. Ce n’est que, lorsqu’on connaîtra légalement le véritable héritier que les ventes pourront reprendre. En attendant, selon la loi américaine, personne ne peut exiger des droits de reproduction, car posséder des clichés ou des négatifs n’est pas la même chose que posséder des droits de reproduction. De ce fait, les expositions des œuvres de Vivian Maier dans les galeries ont été stoppées. Des musées ont retiré ses photos.

Gros dommage pour le bel élan de la promotion de notre photographe champsaurine !

.

 vivian-maier-champsaur-copie-1.jpgVivian Maier, l’artiste, voulait laisser le souvenir de son ombre sur les terres du Champsaur.

.

.

Le journal Télévisé  TF1 en parle:

.

Viviane-Maier.jpg

.

FIN

 Sommaire des articles de M. Faure :   cliquez ICI.

 Pour revenir à l’accueil général du blog :  cliquez ICI

Leave a Reply

*

2 comments

  1. Pingback: Mémoire du Champsaur – Les articles de Robert Faure sur le Champsaur

  2. Pingback: Mémoire du Champsaur – Les articles de Robert Faure sur le Champsaur

Next ArticleRobert Faure historien et écrivain du Champsaur