La fin des colonies de vacances pour 2014 ?

§.

La fin est-elle programmée pour 2014 ?

Tout semble être organisé, au niveau des plus hautes instances nationales, pour éliminer progressivement toutes les colonies de vacances.  Après avoir élaboré au fil des années un cahier de charges intenable pour ce genre d’établissement,  les « instances européennes » via la cour de justice, demandent une mise en conformité avec le droit européen du statut des moniteurs de colonies de vacances. 

Deux points sont visés:

1/ le repos quotidien des moniteurs qui sera probablement aligné sur celui des salariés.

2/ la paie qui devrait  être calculée sur les mêmes bases que celles des salariés !  

Ces deux dispositions signent la fin des colonies …… sauf pour  certains……….. (voir plus loin)

 

La disparition progressive des colonies depuis 20 ans.

 Le site « Mémoire du Champsaur », évoque à plusieurs reprises, le problème des fermetures en cascade des colonies de vacances dans la région, le plus souvent pour raisons économiques.  Les chiffres sont parlants puisque le nombre total dans le Champsaur est passé de 135 colonies dans les années 1970 à une quarantaine (chiffre à vérifier : donné par oral lors d’une conversation) qui ne semblent survivre qu’en rivalisant d’ingéniosité  pour rentabiliser les locaux :  location (hors juillet et Août) à des classes vertes, classes blanches,  à des mariages, à des associations, groupes divers, spectacles, …….Ces colonies ont pour la plupart  raccourcis également les séjours d’été  à 21 jours puis à 15 jours pour réduire le coût de revient aux  parents qui d’ailleurs pour la majorité n’arrivent plus à payer de séjour à la montagne pour leurs enfants.

 

Pourquoi cet étranglement progressif des colonies ?

1/ Le premier motif se comprend aisément. Le confort quotidien de nos enfants s’est nettement amélioré depuis les années 60.  Les colonies ont donc fait un effort pour suivre le mouvement.  Finie la colo austère, sans confort…..ou le marabout militaire, surchauffé par le  soleil et passoire les jours de pluie (Ah les marabouts ! c’est pourtant un excellent souvenir), finie la grange où 50 lits sont alignés (excellent souvenir aussi) ………. Les colos ont fait de gros efforts. OK.

.

 Colonie-glaizil-tente-du-torrent.jpg

 Colonie du Glaizil en 1960. Tente du torrent

……les jeunes ont gagné en confort. Les tarifs de séjour ont changé.

Elles ont dû également offrir des occupations (ateliers) à la hauteur de ce qui se fait à l’école ou dans les centres aérés…… sans parler des colos qui organisent stages équestres, rafting, piscine, parapente, musique, mini motos, quad……….

2 / Le deuxième motif est plus redoutable : les perpétuelles mises en conformité  imposées par le « ministère de la jeunesse et des sports ». Depuis des années, les exigences de plus en plus nombreuses ont plombé les finances de ces établissements. Un directeur de colonie me racontait récemment comment s’était passée l’inspection de sa colonie.  L’inspecteur avait fait preuve d’une férocité aussi surprenante qu’inutile.  Finalement son  passage s’est soldé par une « mise en demeure » de mettre aux normes le chauffage (jamais utilisé en juillet et Août). Les dépenses sont telles que le directeur doit emprunter. Le fera-t-il ? Pas sûr !  Les quelques économies qu’il avait faites en vingt ans …… ne suffisent pas. Fin annoncée d’une colonie.

A moins qu’il n’augmente les tarifs, fermant ainsi les portes  à de nombreuses familles.

.

colonie-du-glaizil-1960.jpg  Les travaux effectués par des bénévoles sur la colonie du Glaizil vers 1963.

  

3/ Une obsession de la sécurité qui paralyse tout (très liée au point n°2 ). Je ne peux m’empêcher de vous raconter une histoire peu banale et tout à fait récente. Elle nous servira de support de réflexion pour comprendre l’état d’esprit actuel.

Un groupe d’une douzaine d’enfants part se promener sur un petit chemin vicinal des Hautes Alpes encadré par deux moniteurs ayant leur BAFA. Tout est en règle, l’itinéraire a été défini par le moniteur, son directeur est informé. La ballade est tranquille, de 5 à 6 km.  Une petite fille se tort la cheville en chemin….mais les deux moniteurs jugent qu’il n’y a rien de grave. La marche reprend. Vexée que l’on ne s’attarde pas plus sur son cas, l’enfant  téléphone sur son portable (interdit en principe dans la colo) à ses parents pour se plaindre. La maman affolée par cette probable fracture (au moins), téléphone au centre 15 parlant à tort d’un abandon au bord de la route…..c’est l’affolement général. Les pompiers arrivent sur place à la grande surprise du groupe et encore plus des moniteurs. L’enfant est embarquée dans le VSAB pour l’hôpital  le plus proche. Le médecin des urgences confirme qu’il n’y a rien…… puis pour calmer tout le monde parle « d’une possible petite entorse du ligament latéral externe de la cheville droite ». Aucune immobilisation, prescription de Doliprane. L’enfant sort 2 heures plus tard (le temps de la radio).

Conséquence : le lendemain inspection du « ministère de la jeunesse et des sports ». Les diplômes sont demandés, tout est inspecté, avec une certaine dureté. Malaise assuré…..L’ambiance de la colo a changé et bravo au niveau éducatif !  Le directeur bénévole (et diplômé) a été suspecté  pendant plusieurs heures de fautes ou manquement grave! Au final, rien, le dossier est vide. L’enfant a interrompu son séjour…..

Conclusion : C’est ainsi que beaucoup de bénévoles (Eh oui, ne l’oublions pas, ce sont des bénévoles….) jettent  l’éponge fatigués de perdre leur temps dans les protocoles et les procédures interminables.  

Securite-oblige.jpg

Dans le Champsaur, les colonies  s’approvisionnaient auprès des fermes pour le lait, les fruits….

 A propos de l’hyper-sécurité actuelle, j’ai reçu un mot sympathique du Dr Bara avec qui j’ai crapahuté sur tous les plus hauts sommets du Champsaur dans les années 70. Le voici :

« Pour le jeune moniteur que j’étais, la colonie se vivait comme une aventure au jour le jour. J’essayais de la faire partager aux adolescents dont j’avais la responsabilité. On a crapahuté par tous les temps,………, on s’est payé des balades de plusieurs jours, la tente et le barda sur le dos. Je me souviens de l’ascension des 3000 mètres du Vieux Chaillol. Aujourd’hui la chose serait impossible. Il faudrait par précaution : deux guides de montagne, l’hélicoptère de surveillance, la dépose en altitude de la pharmacie et du ravitaillement, le Samu en alerte, la VHF en permanence et la télé pour filmer le tout « . A l’époque, les choses étaient plus simples et l’on était autant soucieux de la sécurité qu’aujourd’hui…………J’adresse à tous ceux qui ont conservé quelques souvenirs de nos aventures mon amical et fraternel salut.>>Dr André Barra

.

 champsaur-1970.jpg

1965 : souvenir inoubliable dans le Champsaur. Cette photo ferait sursauter la « jeunesse et les sports » : des sandalettes au bord d’un glacier !  Mais, j’ai l’explication.  :-) 

Ces marches en montagne, dans le Parc National des Ecrins, m’ont laissé personnellement un souvenir inoubliable de beauté et d’amitié. En 10 ans nous n’avons eu aucun accident. Et quelle éducation à l’effort !

Allez, c’est terminé les jeunes : ballade de 3 km, à plat, prévue ce jour. Le VSAB des pompiers suit derrière. OK, la vidéo sera là. Un bulletin mis sur internet informera ce soir vos parents pour les rassurer, donnera le détail de l’ensemble des crises de spasmophilie de la journée (histoire vraie!) et donnera le prénom  des jeunes qui sont renvoyés pour non respect du règlement : sécurité oblige ! Normal.

4/ La pédophilie a  énormément fait de mal aux colonies.  Le sujet est délicat  et je serai donc bref. Les nombreuses affaires de pédophilie, relatées en boucle ces dernières années par les médias, ont effrayé les parents. Beaucoup de famille refusent d’envoyer leurs enfants en colonie uniquement pour ce motif. La suspicion est partout…..la peur est là. On comprend bien-sûr.

Mais les médias en rajoutent (pédophilie et autres…..)

Au delà de la pédophilie chaque année un gros scandale concernant les colonies est mis en avant, relaté en boucle pendant plusieurs semaines. Quel sera-t-il en 2014 ? en 2015 ?  Bien-sûr tout accident est à regretter, bien-sûr. Mais c’est plutôt la façon dont le sujet est traité, façon tendancieuse. Un enfant meurt en plein match de foot, un enfant se tue lors d’une chute ou d’une crise d’asthme ….et on en parle pendant plusieurs semaines. Sait-on que chaque année il y a environ 650.000 accidents du travail (je dis bien 650.000 !) dont 550 morts. On en parle bien peu. Là, il faut se taire.

On a évalué à 300  le nombre de morts survenant chaque année au cours d’un repas au restaurant. Il n’y a de faute de personne mais c’est ainsi. Comment croyez-vous qu’il faut s’y prendre pour faire couler tous les restaurants de France ? Il suffit de sortir un scandale par mois sur les Médias, en y glissant de la suspicion et le tour est joué.

Les colonies de vacances gênent (pourquoi ? ) et tout est fait pour les couler. Résultat, elles ferment les unes derrière les autres depuis 20 ans environ.

.

5 /  Le coup de grâce vient du nouveau statut des moniteurs.

.

JM-Basso-Tr-varesse-1.jpg

 1968. L’équipe de moniteurs vivaient des moments exceptionnels (je ne parle pas de la bouteille :=)) .

 

La réalité des faits.

Jusqu’à ce jour, lorsqu’un moniteur de colonie travaillait dans le cadre d’un contrat d’engagement éducatif (CEE) il travaillait 6 jours sur 7  pour un salaire de 19€80 par jour. Cette pratique était bien définie par le décret N°2006-950 du 28 juillet 2006.

L’Union syndicale Solidaires (Isère) (via la cour européenne) vient de se tirer une balle dans le pied en demandant d’une part que les congés pour les moniteurs soient les mêmes que ceux des salariés avec au moins 11 heures de repos quotidien et d’autre part qu’ils aient la même paie.

Finalement 8 heures seront accordées…………..

Pourquoi une balle dans le pied ? 

Tout d’abord les colonies sont complètement asphyxiées et ne supporteront pas une telle charge. L’Isère perdra donc de nombreuses colonies, et perdra au passage le vivier naturel des futurs touristes de la région………Le Champsaur qui a perdu les 2/3 de ses colonies commence à se rendre compte sérieusement du problème. 

Pour les quelques colonies qui arriveront à s’en sortir, le surcoût du séjour sera de 15% pour les parents (« France Inter » a parlé de 30%) fermant la porte des colonies aux parents les plus modestes.

Ce décret a également un effet paradoxal  (prévisible) : beaucoup de jeunes moniteurs travailleront l’été en colonie uniquement pour le salaire, sans le moindre soucis éducatif, sans altruisme…..Ils seront des salariés comme d’autres.  « Désolé : 17h, j’arrête mon boulot ! ».  

Il faut croire que certains ont totalement perdu le sens du bénévolat…….. 

 

Les conséquences sournoises.

Première conséquence :

Dans ce nouveau cadre, ne vont survivre que deux types de colonies : celles qui dépendent d’un riche comité d’entreprise  et celles qui ont des aides sociales, ouvertes aux plus démunis…..ce qui d’ailleurs, pour ce deuxième cas, est une bonne chose.

Mais pour les enfants des classes moyennes, la colonie de vacances devient « de facto » inaccessible. BRAVO !

 

Deuxième conséquence : elle est sérieuse car elle touche le niveau éducatif.

Toutes ces mesures, édictées depuis des années, ont fermé définitivement la porte aux colonies qui avaient un réel projet éducatif, mais sans gros moyens financiers.

EXIT le scoutisme, le guidisme,

Exit les colonies paroissiales ou de patronages,

EXIT les colonies confessionnelles………

On y  apprenait le sens du partage, la vie en groupe, le don de soi, l’effort……..Tout ça est malheureusement terminé pour laisser place à des colonies « détentes », des colonies « sport », des colonies « Club Med », des lieux  où l’argent est central……La démarche pour les jeunes est à mon sens très individualiste.  TROP.

.

 scoutisme.jpg On ne veut plus de ça : terminé ! C’est dangereux pour les jeunes, c’est fatiguant, d’ailleurs ils ne sont pas là pour ça mais pour des vacances, ce n’est pas rigolo encore moins écolo, et complètement inutile puisqu’on peut passer à pied sec 2 métres plus bas.  Mais voilà, c’est un des meilleurs souvenirs du groupe et 50 ans plus tard on en parle encore…..:=)) 

.

Le moniteur de demain !

Moniteur-de-colonie-encadre-copie-1.jpg

 Oui, à peu près ça……..mon stylo n’a pas fourché.

 

Pourquoi cette orientation depuis des années ? Idéologique ? 

On peut effectivement se poser la question. Pourquoi un si bel outil éducatif a été purement et simplement liquidé en quelques années sur l’autel  de la République ?  Les mille et un prétextes avancés sont tous petits au regard de l’intérêt éducatif que représentaient les colonies. Sans sourciller, sans discernement, on a privilégié le confort, l’amusement, l’argent, et certainement une idéologie (laquelle ?). Terminés les projets éducatifs solides qui allaient dans le sens d’une bonne  formation humaine !

.

La réponse la plus souvent donnée est la suivante: le parapluie !

.

colonie.jpg

 Par légalisme, tout le monde sort le parapluie du plus haut de l’échelle au plus bas. Et on en arrive, à des aberrations et des énormités.  !   :=))

 

Pour lire l’article sur la colonie du Glaizil (1937-1972) cliquez ICI  .

Pour lire l’article sur la colonie TIMON DAVID au Glaizil (1953- ?) Cliquez ICI  .

 Grand rassemblement scout de La Trivalle de 1973   Cliquez ICI .

Pour revenir à l’ACCUEIL général    Cliquez ICI  .

Leave a Reply

*

2 comments

  1. Pingback: Mémoire du Champsaur – Colonie Marie Philip à Saint-Bonnet

  2. Pingback: Mémoire du Champsaur – Le Glaizil colo Aix -en-Provence

Next ArticleLettre de Danielle Gauvin pour ce 13 novembre 2011